Partagez|

» LES BAD JOKERS ♠

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar


- my notebook -
ORIENTATION : -
AGE & JOB : -
LE PLUS :

MessageSujet: » LES BAD JOKERS ♠
Dim 13 Mai - 9:07

les bad jokers

PETITES CONSIGNES
-> Le personnage choisit, à moins qu'il soit écrit « facultatif » ou tiré d'un Original doit rester le même.
-> S'il y a plusieurs demandes pour un même personnage, c'est le membre qui postera la plus belle fiche qui l'obtiendra.
-> Ne modifiez pas la personnalité de fond du personnage !
-> Vous pouvez rajouter ou éditer quelques détails.

personnage prit : X : personnage libre : V : personnage réservé : X

Mikhail Ianveski V ; Lysandre Fitzgerald V ; Cassandre Sinclair V ; Ellie V. Edginton V


FICHE © MADAME POULPE
AVATARS © SIPARTI
Voir le profil de l'utilisateur http://topsy-turvy.forumgratuit.eu



avatar


- my notebook -
ORIENTATION : -
AGE & JOB : -
LE PLUS :

MessageSujet: Re: » LES BAD JOKERS ♠
Dim 16 Déc - 12:19

Mikhail Ianevski
« there is something in my mind that i can't brave it »
Mon visage…
Mon identité…

- NOM -
ianevski

- PRÉNOM -
mikhail

- AGE -
24

- LIEU DE NAISSANCE -
ljubljana, slovénie

- SPÉCIALITÉ(S) -
corps à corps ("poings américains")

- RANG AU SEIN DU GANG -
"fighter" ▬ bras droit

- ORIENTATION SEXUELLE -
vanille
Mon histoire…
Les bourges de Slovénie sont rares, mais leur argent bien véritable, moins. Les parents de Milky étaient des « hautes têtes » du gouvernement et paradoxalement, passionnés de hard rock. D’ailleurs, plus que de simples passionnés, c'est-à-dire, véritables fanatiques, ils encouragèrent leurs fils à jouer de la batterie et de la guitare. Les trois frères y prirent goût et formèrent finalement un groupe à part entière. De purs amoureux de la musique ! Cependant tout s’envola en fumée lorsque l'intervention de l'Alpha se fit "éliminatoire" au sujet de la pratique musicale. La milice noire de Luther fut envoyée histoire de nettoyer la société de cette famille de « bourgeois désobéissants ». Dans le rapport envoyé au commandant de la milice, on mentionnait cinq morts : le père, la mère et les trois fils. Une note faisait part également de la destruction de leur maison. Or Mikhail ne succomba pas aux blessures qu’on lui infligea, sombrant simplement dans un coma d’agonie... A seize ans, il vit donc la mort toute proche. Grâce soit faite à son "mentor" – professeur de solfège non moins louche – qui le récupéra in-extrémis dans les décombres de sa demeure. Il lui procura les premiers soins et un nouveau logis. En échange de ce sauvetage, l’adolescent devait s'occuper de l'arbitrage des combats de chiens : le petit business hors des vues du monde du ’’professeur de solfège non moins louche’’. Mikhail accepta, bien sûr, passant outre le danger que représente un doberman ou un beauceron en colère. Bon nombre de cicatrices lui marquent encore aujourd'hui le corps. A ses 19 ans, il décréta que sa peine était largement payée et s'envola pour la Louisiane, espérant retrouver le goût de sa liberté. Son intégration fut lente et difficile. Les Louisianais ne sont pas mauvais, non, mais un étranger de plus signifiait un policier de plus en patrouille ! Sa rencontre avec Marvel, qui lui ouvrit les yeux sur la puante société que Luther construisait, sur le pourquoi du comment, fut son passeport définitif. Il intégra Les Bad Jokers, reprenant des cours de guitare auprès d'eux. Les membres ont conscience du passé du slovène, du fait qu’il peut se montrer bestial et très colérique à tout instant mais ils ne cesseront jamais de le soutenir. Leurs liens très forts empêchent de possibles conflits et à présent Milky voit les Bad Jokes comme une famille et Marvel comme son propre frère.
Mes relations…
Texte ici
Voir le profil de l'utilisateur http://topsy-turvy.forumgratuit.eu



avatar


- my notebook -
ORIENTATION : -
AGE & JOB : -
LE PLUS :

MessageSujet: Re: » LES BAD JOKERS ♠
Dim 16 Déc - 12:21

Lysandre Fitzgerald
« i read somewhere how important it is in life not necessarily to be strong but to feel strong »
Mon visage…
Mon identité…

- NOM -
fitzgerald

- PRÉNOM -
lysandre

- AGE -
19

- LIEU DE NAISSANCE -
bronx - new-york

- SPÉCIALITÉ(S) -
arme-blanche ("barre de fer")

- RANG AU SEIN DU GANG -
"fighter"

- ORIENTATION SEXUELLE -
chocolat
Mon histoire…
Sa mère était une catin du Bronx, ayant peu de revenus et donc ne pouvant pas subvenir à ses besoins, lui son « petit trésor» comme il se doit. Du fait du travail de sa mère, on en déduit allègrement l’absence d’un père. Celui-ci ne pouvant être qu’un des nombreux clients de la dame. Elle confia la garde de Lysandre à sa grande sœur de 28 ans – plutôt réticente au fait de devoir élever son malheureux neveu. Elle ne se priva pas, d’ailleurs, de le faire ressentir à l’enfant. Délaissé, mal nourri et corrigé à longueur de journée, il développa une forme de misogynie en plus d’une folie « douce » par laquelle il s’inventa un monde imaginaire – une bulle le coupant de tous dangers. La seule chose qui put percer cette bulle fut la musique qu’il découvrit à ses 15 ans. L’épicier chez qui il allait acheter le pain chaque matin avait une radio clandestine dans son arrière boutique passant du très vieux rock. Il tomba sur le seul jour où ce gentil monsieur oublia d’éteindre la radio – ainsi Lysandre entendit les rugissements d’ACDC jouant « Highway To Hell ». Ce fut plus qu’une simple révélation. Ce morceau devint sa philosophie, son nouveau mode de pensée. Finit l’imaginaire, finit le stoïcisme, il allait vivre ! Vivre comme jamais ! L’épicier s’habitua aux allées et venues du jeune homme dans son arrière boutique. Touché par son désire d’écouter du rock, il prit le risque de lui apprendre à en jouer… Quelle chance eut-il de tomber sur un homme si bon. Notre héros se lança donc dans la batterie – seul instrument que pouvait lui apprendre le vieil homme. Lysandre frappait sur les caisses avec une force phénoménale, expulsant sa colère, sa rage et le reste de ses sentiments mauvais. Or cela n’empêcha pas le jeune homme de poignarder sa tante, une nuit où celle-ci, sous le coup de l’alcool, l’avait frappé au visage. Il prit la fuite et trouva refuge au près des jeunes des bas quartiers du Bronx : apprenant à leurs côtés, les travers de la vie. Drogues, alcool, sexe, viols... Lysandre collectionna les crimes. Oubliant batterie et rock, il déversa sa colère dans la violence physique. Désolé de son sort, le vieil épicier, après maintes discussions, finit par le ramener à la raison – enfin, plus ou moins – et lui offrit un billet pour la Louisiane, lui faisant promettre de reprendre la musique et d’oublier toutes ces « ignominies indignes d’un si bon gamin ». Arrivé à bon port, sauvé de la violence du Bronx, il reprit la batterie, comme promit, aux côtés des Bad Jokers – qu’il rencontra tout à fait par hasard. Cette nouvelle famille lui fit réellement du bien et continue de lui en procurer. Cependant, du fait de ses profonds traumatismes, Lysandre est instable psychologiquement. Concernant les femmes, le simple souvenir de sa tante lui donnant la nausée, mieux vaut ne pas aborder le sujet…
Mes relations…
Texte ici
Voir le profil de l'utilisateur http://topsy-turvy.forumgratuit.eu



avatar


- my notebook -
ORIENTATION : -
AGE & JOB : -
LE PLUS :

MessageSujet: Re: » LES BAD JOKERS ♠
Dim 16 Déc - 12:22

Cassandre Sinclair
« if you ever wanted to look at someone’s soul, you’d have to ask to look inside their dreams »
Mon visage…
Mon identité…

- NOM -
sinclair

- PRÉNOM -
cassandre

- AGE -
23 ans

- LIEU DE NAISSANCE -
bruxelle - belgique

- SPÉCIALITÉ(S) -
infiltration - planification

- RANG AU SEIN DU GANG -
"stratège"

- ORIENTATION SEXUELLE -
chocolat
Mon histoire…
Fille du Roi de Belgique, Cassandre est née avec une cuillière en argent dans la bouche et tout l'or du monde entre les doigts ! Élevée dans la foi, les finances et la bourgeoisie, il ne pouvait y avoir de place pour une passion inconvenable ou quelconques lubies. Or Cassandre a toujours eut le désire de jouer du piano, de faire part de jolies mélopées à toute sa famille, que celle-ci soit fière d’elle. Notre petite fille se sentait souvent inutile, seulement bonne à jouer les poupées, à dire oui, non, à boire du thé et faire la lecture à sa grand-mère. Rien qui puisse arracher à la bouche de son imposant père un « je suis fier de toi ». Hélas, la musique étant interdite, et ses parents respectant à la lettre tout ordre venant du Saint Luther, notre héroïne dut baisser les bras. Ou pas ! Poussée par la conviction que si elle arrivait à jouer un joli morceau à ses parents, ceux-ci approuveraient son engouement, Cassandre brava les interdits et apprit l’art mélodique seule. Internet et les sites l’y aidant beaucoup, mh. La religion ayant tout de même une grande place dans son cœur, elle ne cessa, après chaque heure clandestine d’apprentissage, de prier Dieu afin qu’il pardonne ses péchés. Enfin, elle ne s’arrêta pas pour autant ! Quoi qu’elle faillit, car cela devenait de plus en plus dur pour elle d’apprendre sans que ses parents le sache. Surtout qu’il fallait qu’elle aille dans un village, à 25km de chez elle, pour pouvoir jouer sur un piano : celui de sa bonne mise au secret, bien sûr. En dehors de tout cela, Cassandre ne se posa jamais de questions sur le système de l’Organisation, sur Luther - l’actualité ne l’intéressant guère… Qu’à cela ne tienne ! Si elle ne voulait pas de l’actualité, l’actualité voudrait d’elle ! Notre malheureuse enfant fut trahie par le fils de la voisine de la bonne, un morveux qui, bien que jeune, était déjà une sacrée saloperie ! La milice de l’Organisation ne se fit pas prier, après tout, ce n’est pas tous les jours qu’on peut arrêter la fille d’un roi pour outrage à la loi ! Condamnée par les autorités, elle fut également répudiée par les bonnes gens et par ses parents. Ceux-ci n’osant croire que leur propre fille avait commit pareil crime ! Et dire qu’elle avait eut le désir de jouer pour eux… Pour ces « salauds ». A 18 ans, la bellâtre se retrouvait dans une geôle humide, coupée de toute lumière. Trois ans elle y passa, trois ans où elle ne put ni lire, ni jouer, ni écrire ni même parler. Comment ne pas devenir folle dans un cachot où l’on vous donne l’impression que la seule chose qu’il vous reste, c’est l’attente d’une mort certaine ? Si elle put sortir, ce fut par un coup de chance du Destin. Un groupe de terroristes avaient décidé de prendre pour cible la prison. Ils firent éclater celle-ci comme on éclate un ballon ! Tous les prisonniers s’échappèrent, la belle comprit. Ne sachant où aller, elle supplia l’un des terroristes – qui avaient projet de partir en Louisiane, de l’emmener avec eux. Ce fut souhait accordé. Démarrer une nouvelle vie allait être difficile mais la Louisiane n’était-il pas le pays du possible ? Elle se trouva une piaule pas trop chère dans un quartier de Bâton Rouge moyennant des services ménagers. Par chance le vieil immeuble avait, dans ses soubassements, une salle de musique délabrée où un piano persistait à braver la moisissure. Cassandre pouvait à nouveau jouer ! Marvel, qui connaissait l’existence de cette ancienne salle et qui s’en servait entre autre comme dépôt d’armes, tomba au hasard d’une journée, sur notre jeune femme en plein jeu d’une partition écrite de ses mains. Fortement impressionné, il la somma de les rejoindre. Elle n’hésita pas.
Mes relations…
Texte ici
Voir le profil de l'utilisateur http://topsy-turvy.forumgratuit.eu



avatar


- my notebook -
ORIENTATION : -
AGE & JOB : -
LE PLUS :

MessageSujet: Re: » LES BAD JOKERS ♠
Dim 16 Déc - 12:23

Ellie Venus Edginton
« love ? what do you know about this abject promise ? »
Mon visage…
Mon identité…

- NOM -
edginton

- PRÉNOM -
ellie, venus

- AGE -
20

- LIEU DE NAISSANCE -
bâton-rouge - louisiane

- SPÉCIALITÉ(S) -
arme à feu -> plutôt sniper

- RANG AU SEIN DU GANG -
"fighter"

- ORIENTATION SEXUELLE -
inconnue
Mon histoire…
Bien que née dans la plus misérable des villes de la Louisiane, Ellie estimait sa vie comme convenable. Ses parents sont de vieux motards, détenteurs d'une des plus vieilles boutiques d'armes de la région. Ce sont de drôles de personnages comme on en rencontre peu dans une vie ! Sincères, un peu brutes de décoffrage et le cœur sur la main sont les termes qui les définissent le mieux. Ils ont toujours encouragé leur fille unique, petite chérie, à faire son chemin comme elle l'entend. Elle a baignée dans ce monde de « gros calibres » qu’elle affectionne sans se plaindre et continue d’y baigner ! D’ailleurs, Ellie rêvait de reprendre le magasin de ses parents et démontre une grande adoration pour les armes à feu. A dix-sept ans elle tomba follement amoureuse d’un motard nouveau venu dans le coin qui, en plus, jouait de la guitare comme un Dieu. Les parents de la donzelle ne cachant par leur goût pour le rock, se proposèrent de l’héberger. Cela enchanta vous savez qui ! Plus que tout elle désirait se rapprocher de ce musicien aux airs étranges - quitte à braver les interdits ! Ce n’est pas non plus comme si papa et maman les bravaient aussi et… tout le temps, hum. Un soir où les dits renégats avaient invité tous les motards du coin à manger, Ellie fut priée de chanter. L’assemblée, connaissant le don de la brunette – surnommée d’ailleurs le « rossignol » - fut plus qu’enthousiaste ! C’est de cette manière que le jeune homme à la guitare tomba sous le charme de notre héroïne : en l’entendant chanter. Après cette soirée, ils furent liés comme les doigts de la main, ne se séparant quasi jamais. Ils firent un long bout de chemin ensemble sous l’œil bienveillant de Monsieur et Madame Edginton et auraient put finir ce chemin ensemble. Mais. Il y a toujours un mais. Un mais fâcheux, un mais qui vous rend misérable. Le compagnon de notre demoiselle a baissé sa garde un jour où il aurait fallut qu’il l’augmente. Il joua une sérénade la nuit, en pleine rue, devant la maison d’Ellie. Il pensait sans doute que les Égorgeurs, rôdant plutôt dans les quartiers nord, ne le surprendraient pas. Il eut tord. L’un d’eux, justement dans les parages, se fit une joie de le cueillir. L’accusé ne se laissa pas faire et cela tourna au drame. Un coup de lame et le jeune homme se retrouvait à terre entourée d'une marre de sang. Ellie, depuis sa fenêtre, avait évidemment assisté à toute la scène, pétrifiée. Son monde s’écroula et même les mots doux de ses parents ne purent apaiser son chagrin. Lorsqu’on vous prend l’être qui vous ait le plus cher, c’est tout comme vous prendre votre vie, ne croyez-vous pas ? Basculant dans une léthargie sombre, notre rossignol cessa de chanter. La vision de son amant se faisant abattre sous ses yeux continue, jour et nuit, de la hanter. Son entrée chez les Bad Jokers fut fortuite. Un jour, l’un d’eux vint se réapprovisionner en armes dans la boutique des Edginton. Les parents connaissaient bien ce Bad’ là discutèrent avec lui des actions du gang contre les Égorgeurs. La brunette écouta la conversation discrètement, du fond de la boutique. C’est ainsi que l’idée de rejoindre ce gang naquit : les aider à massacrer les Égorgeurs, ces vils démons, lui apparut comme le seul moyen de retrouver la paix intérieure. Marvel démontra tout de même une appréhension à la demande du rossignol qui disparue lorsqu’il l'entendit chanter une unique fois, lors de sa journée d’intégration.
Mes relations…
Texte ici
Voir le profil de l'utilisateur http://topsy-turvy.forumgratuit.eu



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: » LES BAD JOKERS ♠

» LES BAD JOKERS ♠

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Sarkobolt][Gob][Crazy Jokers] (OK)
» Match Crazy Jokers VS Pr0ject Zer0
» [Sarkobolt] [Gob] [Crazy Jokers] [- OK -]
» Eden
» EDEN, le retour ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: 
take me, take me, oh yes !
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit